HENRI DELORME : QUINZE ANS SANS SAGAN

INVITES HORS PAIR POUR RENDEZ-VOUS LITTERAIRE D’EXCEPTION

“Sur ce sentiment inconnu, dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse.”Françoise Sagan, Bonjour tristesse.

Pour fêter l’anniversaire des trente ans de Radio Arverne, Henri Delorme, passionné de littérature et animateur de l’émission Tranche de livre, organise ce jeudi 17 janvier à l’hôtel Alexandre Vialatte à 17h, une rencontre littéraire inédite de deux heures, dont le fil conducteur tournera autour de l’une des œuvres phares de Françoise Sagan, Bonjour Tristesse

Pour fêter l’anniversaire des trente ans de Radio Arverne, Henri Delorme, passionné de littérature et animateur de l’émission Tranche de livre, a organisé le 17 janvier une rencontre littéraire inédite de deux heures, dont le fil conducteur a tourné autour de l’une des œuvres phares de Françoise Sagan,Bonjour Tristesse

Pourquoi cette rencontre littéraire ?

Radio Arverne est une radio associative née en 88. C’était ce qu’on appelait une radio libre, pluridisciplinaire et essentiellement musicale. Elle s’est développée sur la société, la culture, le sport, s’est ouverte sur le cinéma, et depuis quelques années aussi sur la littérature. Il y a quatre ans j’ai démarré une émission littéraire, car je tenais alors un blog littéraire, mais le format de trente minutes en radio me permettait de partager les émotions que me procuraient tous les auteurs qui me passaient entre les mains. Cet évènement permet de fêter de façon originale les 30 ans de radio Arverne. 

Quel est le format de votre émission ?

Le format court de trente minutes m’oblige à n’avoir qu’un auteur à la fois : un auteur, un livre, un thème. La fréquence est hebdomadaire avec une diffusion sur 100.2 le lundi à 12h30, et rediffusion le samedi à 13h30.

P

Radio Arverne est une radio associative née en 88. C’était ce qu’on appelait une radio libre, pluridisciplinaire et essentiellement musicale. Elle s’est développée sur la société, la culture, le sport, s’est ouverte sur le cinéma, et depuis quelques années aussi sur la littérature. Il y a quatre ans j’ai démarré une émission littéraire, car je tenais alors un blog littéraire, mais le format de trente minutes en radio me permettait de partager les émotions que me procuraient tous les auteurs qui me passaient entre les mains. Cet évènement permet de fêter de façon originale les 30 ans de radio Arverne. 

Pourquoi Françoise Sagan ? 

Eluard disait : « dans la vie il n’y a pas de hasard il n’y a que des rendez-vous », hors j’avais certainement rendez-vous avec Sagan, car je suis tombé sur l’information disant qu’on commémorera les quinze ans de sa disparition en 2019, soit la moitié de 30 ! Des chiffres et des lettres…Le but de l’émission était d’évoquer Bonjour tristesse, mais surtout de célébrer une femme libre qui affichait son homosexualité, était très ouverte, consommant avec délice les interdits, tout en étant très prolixe. 

Parlez-nous de vos invitées.

Brigitte Kernel a écrit Jours brûlants à Key West, roman qui raconte les quinze jours qu’a passé Sagan avec Tennessee Williams. Brigitte est tout d’abord une admiratrice de Sagan, c’est aussi une ancienne chroniqueuse de France Inter, dont l’émission répondait au nom de Noctiluque, mais c’est surtout une auteure qui écrit divinement bien. Il lui fallait un alter égo pour lui faire écho. Toujours par hasard je suis tombé sur le spectacle de Caroline Loeb, artiste protéiforme dans toute l’expression de son talent ; elle est en effet capable de décliner tous les rôles, réaliser, mettre en scène. Son interprétation de Sagan au théâtre du Lucernaire à Paris, qui s’appuyait sur de véritables interviews de l’auteure, lui a valu un franc succès. 

Pourquoi l’hôtel Alexandre Vialatte ?

Madame Humbert m’a donné son accord immédiatement. Nous avions envie de délocaliser l’émission hors de nos studios pour la rendre plus accessible. 

S’il y avait une seule chose à retenir de Sagan ce serait quoi ?

Sagan est une femme qui a marqué son époque et qui appartient au patrimoine littéraire. On ne se rend pas suffisamment compte de l’impact qu’elle a pu avoir sur le monde. Elle a certainement été la première femme écrivain à être sur le devant de la scène à titre personnel autant que pour son art.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s